Une seule : éradiquer de mon vocabulaire et de mes habitudes ce mot barbare : procrastination !

Je l'ai appris il y a quelques semaines à l'occasion d'un jeu radiophonique (j'adore ce mot un brin désuet). J'ai ainsi découvert que cette sale manie avait un nom et que, poussée à l'extrême, elle était considérée par les psys comme une pathologie. Mais quoi donc ?

procrastination (n.f.)

déf selon le littré : tendance à remettre au lendemain (une tâche, une décision).            

Pour analyse plus psy voir ici.

Enfants, notre grand père nous récitait cette poésie qu'il avait lui même apprise enfant, alors pensionnaire, à l'occasion, j'imagine, des leçons de morale. Était-ce pour nous prévenir de cette tendance ou pour nous guérir d'une habitude qu'il avait déja perçue.....?

le_paresseux_ratisbonne

(impression extraite de l'ami du peuple 17 juin 1948)

Le paresseux.

Amusons-nous d'abord, disait Léon: mon devoir, Je le ferai bientôt, je le ferai ce soir. Le soir, il baille, il dort, mais pour faire sa tâche Il va, dit-il, demain, réveiller ie soleil. Le réveiller! Hélas on l'appelle, il se fâche. A sept heures encore il dort d'un plein sommeil. En classe, il est puni, cela n'est pas merveille; Comment ne pas punir un écolier pareil ? Moi, pas si fou, je fais tous mes devoirs la veille. Qui toujours remet à demain Trouveras malheur en chemin.

Louis Ratisbonne